Communiqué de presse - Entre la violence et la rue ? Vers un avenir féministe!


Longueuil, 8 mars 2022


Le manque de logements sociaux met la vie des femmes et de leurs enfants en danger

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, la Table de concertation en matière de violence conjugale et d’agression sexuelle de l’agglomération de Longueuil et de la MRC Marguerite-D’Youville (TCVCAS) souhaite souligner les enjeux liés à l’accès à des logements sociaux pour les femmes et leurs enfants victimes de violence conjugale ou sexuelle.


Selon SOS violence conjugale, 50 % des demandes d’hébergement référées par leurs services ont été refusées par manque de place en maison d’hébergement. Un taux jamais vu auparavant !


Des femmes se retrouvent donc à rester dans une dynamique de violence conjugale, et ce, même si elles souhaitent partir. Ce manque de choix est considéré comme un risque direct pour les femmes et leurs enfants, qui restent dans une situation de danger, augmentant les risques de féminicides incluant des événements de violences graves. Rappelons-nous qu’il y a eu 26 féminicides en 2021 et 2 infanticides, laissant plus de 40 orphelins au Québec.


Il faut agir maintenant !

Considérant les enjeux nommés, nous demandons des actions concrètes dans les territoires de l’agglomération de Longueuil et de la MRC Marguerite-D’Youville. Pour le secteur de l’agglomération de Longueuil, nous demandons à la mairesse Catherine Fournier de prioriser, lors du forum municipal sur l’habitation, la thématique de l’accès aux logements sociaux ou abordables pour les femmes victimes de violence conjugale ou sexuelle. Pour le secteur de la MRC Marguerite-D’Youville, nous demandons que le nombre de logements sociaux pour ces femmes et leurs enfants soit rehaussé.


Considérant la hausse du prix des loyers et le taux d’inoccupation sur les territoires en bas de 1 %, nous demandons que l’augmentation du nombre de logements sociaux soit considérée dans les projets de développements immobiliers. Agir pour la sécurité de ces femmes et de leurs enfants se doit d’être une priorité.


Les membres de la TCVCAS (sur Facebook également) font un appel à l’action dans les plus brefs délais face à l’urgence d’agir.


Des vignettes à l’appui de cette demande seront publiées chaque semaine pendant le mois de mars sur la page Facebook de la TCVCAS.


-30 -


Pour des renseignements additionnels, merci de contacter :


Ariel Trickey-Massé au courriel tableviolence.almy@gmail.com ou par téléphone au 514-912-1598






36 vues1 commentaire